Synthèse du colloque Citoyennage 2016 en Île de France & Centre

Du 21 au 23 juin 2016, les résidents d’Île de France se sont retrouvés au Centre de Rencontre des Générations à Nouan le Fuzelier. Le thème choisi était:

Quels repères pour nos jeunes aujourd’hui ?
Comment être plus heureux tous ensemble ?

Dans une société en pleine mutation, les repères ne sont pas faciles à trouver.

Les difficultés de communication existent entre les générations. Le langage n’est pas toujours le même.

Pour autant, il n’y a pas de réel fossé entre les anciens et les plus jeunes.

Il faut se méfier des généralités et des stéréotypes. Nous ne nous sentons pas dépassés par les jeunes. Nous sommes toujours dans le coup ! De leur côté, ils ne sont pas tous perdus et violents, malgré l’image que renvoient parfois les médias.

Nous comprenons les jeunes d’aujourd’hui et nous sommes soucieux de leur situation. Nous devons être à leur écoute, faire attention à eux, communiquer davantage, les soutenir. Nous avons connu l’insécurité et l’instabilité avec la guerre. Ils connaissent à leur tour la précarité et l’insécurité avec le chômage.

La société a beaucoup évolué. La vie de famille n’est plus la même. L’éducation est différente. Dans le passé, l’autorité dans la famille et à l’école pouvait être plus contraignante mais elle donnait un cadre. Aujourd’hui, les jeunes ont plus de liberté et d’indépendance mais ils peuvent manquer de repères. Certains peuvent être désillusionnés, désœuvrés et désorientés, au risque d’être séduits par des idéologies dévastatrices. Pour combattre cela, il faudrait réduire les inégalités et restructurer certains quartiers pour qu’ils soient plus humains. Il faut mélanger les populations plutôt que de les laisser se renfermer sur elles-mêmes.

Par ailleurs, les jeunes font preuve de dynamisme pour les causes qui les mobilisent. Nous l’avons constaté à travers leur engagement autour des valeurs de la République après les attentats, ou dans les manifestations « Nuit Debout ». Leur vitalité est source d’espoir.

La vie a beaucoup changé. Les jeunes sont très à l’aise avec les nouvelles technologies, ce qui leur donne une ouverture sur le monde. Nous craignons néanmoins que certains soient trop absorbés par internet et les réseaux sociaux et ne s’enferment dans une certaine addiction avec un risque de repli sur soi. En revanche, ils peuvent nous aider dans la compréhension de ces nouveaux modes de communication. En effet, il est important de vivre avec son temps qui évolue très vite. Il serait d’ailleurs souhaitable que les établissements proposent du matériel informatique et des initiations car la demande se fait de plus en plus sentir, et cela nous permettrait de mieux communiquer avec les plus jeunes de nos familles (photo par mail, webcam…).

L’ouverture sur le monde passe aussi par le témoignage et les explications des plus âgés. Nous avons des connaissances et de l’expérience dont les jeunes peuvent profiter. Ils considèrent, d’ailleurs, souvent ces témoignages comme instructifs. Ils trouvent étonnant, par exemple, que l’Europe ait produit deux guerres en un siècle. Nous avons donc un rôle important de transmission. L’Histoire et les valeurs doivent être partagées pour éviter que les erreurs du passé ne se répètent.

Les ainés possèdent des atouts comme « la sagesse », c’est-à-dire l’habitude de prendre du recul et faire preuve de patience. Nous sommes également disponibles, à l’écoute, ce qui peut faciliter la communication. Mais nous devons aussi ne pas nous prendre trop au sérieux, garder notre espièglerie et notre enthousiasme.

Par rapport à notre génération, les jeunes sont plus libres. Ils s’émancipent davantage avec un désir de s’affirmer. Cela peut nous déstabiliser, parfois, mais il faut leur faire confiance. Même s’ils ont des échecs, ils savent apprendre de leurs expériences.

Nous devons aussi faire preuve de patience pour répondre de manière posée à leurs interrogations.

Il parait donc essentiel qu’entre jeunes et anciens nous conservions des relations harmonieuses, profitables aux uns comme aux autres avec nos différences.

Nous attendons des jeunes qu’ils se montrent respectueux à notre égard, qu’ils reconnaissent la valeur de notre expérience. De notre côté, nous devons les accepter et les aimer tels qu’ils sont, ne pas les critiquer, ne pas chercher à les contrôler, ni leur imposer notre façon de voir. Il faut construire des liens d’amitié et de confiance.

Nous devons développer la communication et les rencontres. Il nous faut alimenter la curiosité naturelle des jeunes et maintenir la nôtre en éveil pour aller les uns vers les autres.

Au sein des familles, nous devons donner l’exemple, pouvoir servir de modèle. La famille doit offrir un équilibre et des bases solides. Il est important que les parents soient présents et réellement disponibles.

Les grands-parents et arrière-grands-parents gardent un rôle à jouer pour aider les plus jeunes à prendre leur envol. Leur amour est essentiel.

En maison de retraite, nous voyons souvent nos enfants, mais beaucoup moins nos petits-enfants et arrière-petits-enfants. Il est important que les établissements soient attractifs et favorisent leur venue.

Il faut aussi développer les échanges intergénérationnels avec des enfants de tous les âges, jusqu’à l’adolescence.

Nous pouvons aussi participer à la « formation » des jeunes générations. En établissement, il nous arrive en effet d’aider les jeunes employés ou stagiaires à bien concevoir leur travail. Auparavant le compagnonnage permettait aux anciens de former les plus jeunes. Aujourd’hui, il faudrait retrouver une « Ecole de la vie ».

En conclusion, bien communiquer est essentiel pour éviter l’exclusion des uns ou des autres.

Dans une société aujourd’hui plus individualiste, la solidarité doit rester une valeur majeure.

Dans le monde actuel, les différentes générations doivent mettre en commun leurs intelligences et leur humanité pour apprendre les uns des autres et construire ensemble une société plus accueillante.

Comme disait Edmond About : « Nous sommes les héritiers de tous ceux qui sont morts, les associés de tous ceux qui vivent, la providence de tous ceux qui naîtront ».
____________

Synthèse réalisée par : M. Colas des Francs, Mme Grand, M. Michelet, Mme Philippe, M. Renac, Mme Renaud, M. Sautières

Avec la participation des établissements : Résidences Marines & Magny-en-Vexin, Résidence Sévigné, Résidence de l’Abbaye, Résidence de la Cité Verte, Résidence des Bords de Marne, Centre de rencontre des générations.


Synthèse du colloque Île de France 2024

COLLOQUE CITOYENNAGE DU 3 AU 5 JUIN 2014 A MONT-EVRAY

 

SYNTHESE CITOYENNAGE 2014

LES RELATIONS ENTRE RESIDENTS ET PERSONNELS, LA JUSTE PROXIMITE

Quand on arrive dans une nouvelle maison, tout est compliqué. On ne connaît personne, on se sent perdu, on appréhende, on n’ose pas s’exprimer. C’est encore plus dur si on arrive en urgence, sans y être préparé. On ne sait pas comment se comporter avec les personnels. Nous ne sommes pas des clients dans un hôtel, ni des malades dans un hôpital. C’est une situation totalement nouvelle. C’est pourquoi on a rapidement besoin d’établir des relations de proximité avec des professionnels qui puissent nous comprendre.

Continuer la lecture de Synthèse du colloque Île de France 2024


Synthèse Citoyennage Île de France 2012

SYNTHESE CITOYENNAGE ILE-DE-FRANCE 2012

POUR QUE VIEILLIR RESTE UN PLAISIR…

Associer vieillir et plaisir paraît d’abord incongru. Cela peut même sembler utopique.

A moins que…

Continuer la lecture de Synthèse Citoyennage Île de France 2012